66ème exposition Jeune Création: 3 bonnes surprises

Curieuse de voir les artistes qui feront les expositions de demain, c’est sans hésiter que je me suis rendu samedi dernier à la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin pour le vernissage de la 66ème exposition Jeune Création. De nombreuses pièces prennent place dans ce lieu magnifique que je découvre en même temps que l’exposition. Certaines oeuvres sont, à mon sens sans intérêts, purement formelles,  quand d’autres ont créé une véritable surprise.


britt-sprogis-2016britt-sprogis-jeune-creation1 .Aussi visuel que sensoriel, les grands panneaux gris, d’isolants thermiques, ponctués de deux images sous plexiglas, de Britt Sprogis interagissent subtilement avec le spectateur. D’une oreille on entend le bruit ambiant des visiteurs, de l’autre, ce son est absorbé par la masse des panneaux gris. Entre clin d’oeil à l’installation feutrée de Joseph Beuys (Plight1985) et dialogue implicite avec le spectateur, Britt Sprogis nous laisse l’intime sensation d’avoir un rapport privilégié à l’oeuvre et son espace.


annabelle-arlie-jeune-creation-expo-2016

2. Des collages numériques d’images aux couleurs alléchantes sont suspendues sur des portes serviettes accrochés au mur. Le travail d’Annabelle Arlie entrechoque deux mondes, celui de l’imagerie virtuelle et celui de notre réel. La rencontre entre les objets et ses images donnent naissance à des formes ambiguë qui traitent du faux, du leurre par la manipulation en gardant cette esthétique discount des magasins de bazar et autre « Tout à 10 francs ».


Marie-johanna-cornu-jeune-creation-expo-2016Marie-johanna-cornu-jeune-creation-expo-2016

3. Portrait, mise en scène ou encore nature morte, la série de Jérémy Mayer joue sur plusieurs tableaux et avec différents genres. Dans ses photographies , il nous donne à voir des fragments de narration sans ordre chronologique et laisse implicitement  notre imagination prendre l’histoire en route, se raconter la suite ou imaginer l’entre-deux de ses images  qui parsème dans un désordre ordonné, la cimaise sur lesquelles elles sont épinglées.


Vous retrouverez aussi une sublime vidéo de Julie Chaffort, qui nous invite à la contemplation devant des scènes aux accents surréalistes, les grandes bâches de Pablo Réol ou encore la sculpture intrigante de Martin Monchicourt.

jeune-creation-expo-2016Julie Chaffort (détail de la vidéo)

pablo-reol-jeune-creation-expo-2016De gauche à droite: Annabelle Arlie (les trois bâches suspendues sur les portes serviettes en métal), Pablo Réol (les grandes bâches tendues sur le mur).

martin-monchicourt-jeune-creation-expo-2016Martin Monchicourt (détail)

jeune-creation-expo-2016-elodie-bernardEt moi(oui un peu de narcissisme ça fait du bien), le sourire au lèvres, les yeux rivés sur mon téléphone le temps d’une pause, pour partager avec vous mes coup de coeur en direct de la galerie Thaddeous Ropac-Pantin sur Instagram et Facebook.


La 66ème édition de Jeune Création à lieu jusqu’au 24 janvier 2016. Retrouvez toutes les informations pratiques ici.

Publicités