[COMMISSARIAT] ECHAPPÉE, group show, Galerie La peau de l’ours, Bruxelles, Belgique

Échappée est une exposition qui réunit les peintures de Dorian Cohen, Marie Dupuis, Amandine Maas et Lise Stoufflet. Cette exposition propose de nous offrir une parenthèse entre réalité et fiction afin de s’écarter de notre réalité bien trop absurde et trop complexe à appréhender.

Échappée – Une paire de jambes, demi corps passant la fenêtre, la nuit. Envie d’exploration ou instinct de survie? (Escape, Lise Stoufflet, 2020) Les peintures de Lise Stoufflet ont ce quelque chose qui nous tient à distance et malgré tout, nous pousse à l’introspection. Un univers inquiétant, dans lequel on se plait à s’attarder. Un univers qui n’est pas sans rappeler les peintures de Magritte mais qui nous donne comme une envie de tout envoyer valser, même si dehors, le monde nous semble plus obscur. Une obscurité que l’on retrouve dans les scènes de genre de Dorian Cohen. C’est d’abord la sensation d’être face à une scène banale et quotidienne, une scène d’intérieur, en cuisine, au moment du repas. Puis à mesure que l’on entre dans le tableau on se rend compte que nous sommes loin de la réalité. Un clair-obs- cur de lumières artificielles charge complète- ment l’atmosphère d’une étouffante solitude (Sans titre, Dorian Cohen, 2020).

Échappée – Comme une pensée en mouvement, une envie irrépressible de modifier les choses, briser les codes et ne rien figer. À l’instar des peintures performatives d’Amandine Maas qui se joue de la com- position et du genre classique de la nature morte en réinventant chaque jour le tableau qui prend place au cœur de la galerie (Still Life (1) (2) (3), 2019). Du mouvement et de la spontanéité que l’on retrouve aussi dans les fragments de Marie Dupuis. Des petits formats qui ponctuent l’espace et résonnent avec chacune des œuvres présentées. On attrape un souvenir ici, s’acclimate d’une sensation là, se met à rire devant la déformation de ce chien que l’on image euphorique à l’idée de jouer avec son maître (Crazy Melchi, 2020). On construit notre propre récit au cœur de l’exposition.

Échappée c’est donc ça : de l’atmosphère, du mouvement, de l’illusion, des personnages, des intérieurs, des scènes de vies. Autant de possibilité de construire notre propre récit à partir de tous ces fragments de narration. C’est la liberté de s’en emparer pour faire un pas de côté et le temps d’un instant échapper, nous aussi à notre propre réalité.

Elodie Bernard, commissaire de l’exposition

Du 10.01 – 10.02.2021, galerie La peau de l’ours, Bruxelles, Belgique

Avec: Dorian Cohen, Marie Dupuis, Amandine Maas, Lise Stoufflet

Vue de l’exposition ECHAPPÉE, peintures de Dorian Cohen, ©Vincent Everarts
Vue de l’exposition ECHAPPÉE, peintures de Marie Dupuis et Lise Stoufflet, ©Vincent Everarts
Vue de l’exposition ECHAPPÉE, peinture de Lise Stoufflet, sculptures performatives d’Amandine Maas, ©Vincent Everarts

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s