Les nouveaux mondes

installation-gabriel-kuri-Écharpe, baskets et appareil photo en poche, me voilà prête à partir à l’assaut d’un nouveau monde. 

Je suis toujours stupéfaite lorsque je pars à la recherche des centres d’arts dont parfois j’ignorais l’existence. Ce sont des lieux où j’adore flâner, des lieux où il est bon de perdre son temps. Des lieux que l’on aime fréquenter où parfois l’impatience d’y revenir nous gagne alors même que nous n’avons pas encore franchi le pas de la porte. Cette sensation est probablement due au fait que la rencontre avec les oeuvres y est privilégiée.

De la même manière, je les trouve stimulant. Ils nous donnent le sentiment d’être, le temps d’un après-midi, un aventurier à notre manière. Partir à la rencontre d’un nouveau monde. Un monde dont on ne sait presque rien. Un monde ouvrant ses portes sur la pratique d’artistes exposant peut être pour la première fois. C’est aussi un monde qui ouvre ses portes sur des endroits parfois chargés d’histoire et totalement inconnue.

C’est ça qui est stimulant, se rendre compte que chacun de ces mondes est unique et singulier.

C’est pour tout ça qu’un mercredi après midi je suis partie à l’assaut du Berry pour finir en Bourgogne et fis l’immense découverte d’un des nouveaux mondes, celui du centre d’art de Pougues les eaux.


Et vous, connaissie-vous les centres d’arts?  Êtes vous déjà parti à l’aventure? Avez-vous envie de partir à l’aventure? Dites moi tout en utilisant les commentaires ci-dessous.

Gabriel Kuri, bottled water P. 1, 2013
© Parc Saint Léger

Crédit photos : Aurélien Mole

Publicités