Jérémy Chevalier : Concrete Music

Nantes, un jeudi soir Tout ce qui se fait sous le soleil au Lieu UniqueConcrete Music de Jérémy Chevalier donne la sensation d’avoir été volontairement abandonnée. Un soleil froid et artificiel éclair partiellement des platines à l’arrêt. Une structure métallique sommaire supporte le tout. À droite des disques de bétons posés abruptement sur le sol forment des colonnes à la limite de l’effondrement. Tu regardes ce paysage paradoxal qui te semble enraciné entre un passé proche et un présent figé. Tu observes les trois colonnes et espères que dans l’une d’entre elles se soit glissé ton disque favori, celui que tu as trop écouté, celui sur lequel tu as trop chanté (parfois hurlé), celui que tu connais par coeur. Oui, tu voudrais entendre résonner la voix de Danny dans Grease. Mais la PARTY a-t-elle un jour commencée ou est-elle déjà terminée? Dans les fossiles des disques tu aperçois les sillons gravés, incrustés dans le béton.

Sommes-nous les témoins d’une archéologie en devenir ou d’un anachronisme où l’âge de pierre rencontre l’ère technologique?

Une vingtaine de minutes passent. À l’instant où tu décides de voir la suite de l’exposition, ton oreille réagit au son broyé qui prend place dans tout l’espace. Concrete Music est en marche. Un homme, jeune, brun a pris place derrière les platines. Les spectateurs ont, eux aussi, arrêtés leur marche pour écouter ces disques largement consumés. Comme un véritable DJ, il sélectionne est mixe les disques desquels un son alternatif s’échappe. Le béton a gardé certaines mélodies. Tu entends les musiques analogiques se rapprocher des rythmes frénétiques de la musique techno. Tu fais des ponts entre l’underground et la nostalgie des seventies. Tu te demandes où tu es, les sons griffés, sauvagement bruts et aléatoire te charmes et t’emporte dans un paysage sonore erroné.


Jérémy Chevalier, Concrete Music, 2011-2013, Installation sonore, bois, béton, matériel technique (platines, haut-parleurs, table de mixage, amplificateur). Dimensions: 200 x 120 x 120 cm (hors tout, environ). Diam.: 30 cm (chaque disque). Poids: 4 kg (chaque disque, environ) 

Photographie en tête: de gauche à droite, Christian Robert-Tissot, Sans titre, 1989, peinture « Allons et Voyons », Alexandra JolyTrames, 2011, installation, Jérémy ChevalierConcrete Music, 2011-2013, installation.

Tout ce qui se fait sous le soleil, un regard sur la collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève. Exposition du 6 mars au 17 mai 2015, le Lieu Unique, Nantes. (entrée libre).

Jérémy Chevalier, Concrete Music, 2011-2013, Tout ce qui se fait sous le soleil, Nantes, Le lieu unique

Jérémy Chevalier, Concrete Music, 2011-2013, Tout ce qui se fait sous le soleil, Nantes, Le lieu unique

Jérémy Chevalier, Concrete Music, 2011-2013, Tout ce qui se fait sous le soleil, Nantes, Le lieu unique

Jérémy Chevalier, Concrete Music, 2011-2013, Tout ce qui se fait sous le soleil, Nantes, Le lieu unique


Publicités