Warhol Unlimited

Je n’aurais jamais pensé écrire à propos d’une exposition consacrée à Andy Warhol. Habituées aux images de la Brillo Box, des Marylin, des Tomato soup et autres dérivés pop qui nous donne comme une sensation de déjà vu, je ne m’attendais vraiment pas à ça! Mais l’exposition WARHOL UNLIMITED, présentée au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris à un goût bien différent.

Attrapée par ces vidéos muettes en noir et blanc mon temps s’arrête. Des portraits filmés (les Screen Tests, 1964-1966) sont projetés sur de grands murs et écrans suspendus qui nous encerclent. On y croise le regard de visages familiers comme Marcel Duchamp, Salvador Dali, Nico ou encore Lou Reed. C’est une invitation au dialogue entre l’oeuvre et nous, un dialogue silencieux et ambiguë si bien que l’on ne sait plus qui regarde qui et qui regarde quoi. Dans ce tête à tête le temps dure. Je crois bien y être restée une heure.

En poursuivant la visite on se demande pourquoi le temps est si lent, c’est vrai, la série, la multiplication, ce besoin obsessionnel de tout décupler, de produire en masse pourrait nous amener à la course, à la recherche de vitesse pour une raison qui nous est inconnue, aller toujours plus vite, faire toujours plus, pourquoi? Au contraire, l’exposition sait comment suspendre le temps, changer les rythmes pour mieux en apprécier les sérigraphies, les vidéos et installations et nous faire prendre le temps de redécouvrir l’oeuvre d’un artiste par lequel je ne pensais plus être surprise.


WARHOL UNLIMITED, au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris jusqu’au 7 février 2016.  Retrouver toutes les informations ici.

Image en tête: Andy Warhol, Cow, 1966

warhol-unlimited-parisSilver Clouds, 1966 fac similé 2015  et Cow, 4 variations, 1966, 1971, 1971, 1976

 Screen Test: Edie Sedgwick, 1965. 16mm film (noir et blanc, muet). 4 min. à 16fps. Copyright 2010

warhol-unlimited-paris

warhol-unlimited-parisShadows, 1978-1979, 102 toiles, installation de 130 mètres de long.

elode-bernard-warhol-paris

Le selfie avec Warhol étant compromis… voici un autoportrait en mode Pop art offert par le Musée d’Art Moderne 🙂

 

 

 

 

Publicités