Summer Day : 6 oeuvres pour préparer l’été

Lumière étincelante, ciel bleu, il fait doux. Le voilà enfin, ce jour tant attendu. Celui aux airs de vacances qui font déjà résonner le bruit des tongs qui claquent en rythme le long de l’esplanade, qui te fait sentir la chaleur

du sable sous tes pieds, tu vois les glaces qui fondent à grande vitesse, le sucre couler sur tes mains. C’est aussi de longues passées sur la plage à griller au soleil, les barbecues et les nuits sous tentes. Ah ça y est, nous y sommes. Après un printemps un peut maussade voici enfin l’été.

Je vous ai compilé une « viewlist » de cinq images d’oeuvres, qui j’espère rendrons vos jours d’été plus éclatant.

Dennis Oppenheim, reading-position-for-second-degree-burn-1453872760A02FCAAC3Dennis Oppenheim, Reading position for a second degree burn, 1970 Deux photographies couleurs. L’artiste expose son corps. Allongé pendant cinq heures au soleil, le torse nu, un livre ouvert posé sur la poitrine. Il ne reste après que la marque laissée par le soleil, celle qui fait de sa peau un espace d’inscription, une page blanche. Bruno Peinado, galerie Loevenbrucke

Bruno Peinado, Sans titre, Dogtown 2620” NZ Nebula, 2006, vue de l’exposition « The Endless Winter », Galleria Continua San Gimignano, Italie

Des planches de surf apposées le long des murs. Elles semblent attendre des touristes qui n’arrivent pas. Au plaisir du soleil, du bruit des vagues et de la plage s’oppose une vision destructrice marquée par des outils tranchants qui font offices d’ailerons.

martin-parr-last-resort Martin Parr, série The last resort (New Brigthon, Merseyside), 1983-1986

Au loin, un paysage marin, une esplanade et un manège. Deux enfants pris sur le vif. Avaient-ils vraiment envie de leur glace? Elles fondent, dégoulinent sur tout leur corps. Résultat d’une chaleur caniculaire ou simplement de l’attente trop longue d’une pause photo.

Vitor Sa, Copa na Copa, 2014 Vitor Sa, Copa na Copa, 2014 La plage débordante de touristes nous est montrée de manière ironique et amusante. Couleurs chatoyantes, tongs dans le dos et pas déterminée. Bienvenue au Brésil.

Roman Signer, Sleeping, 1996, vidéo document d’une action

Une tente, un micro, des enceintes, un dormeur. L’association de ces éléments créer Un petit évènement éphémère. Dormir sous tente et faire partager son sommeil lourd et profond au reste du monde. Voilà une situation qui peut paraitre absurde qui possède cependant un fort pouvoir narratif et poétique.


Photographie en tête : Martin Parr, Belgium, Knokke from Life’s a Beach, 2001

Publicités